exposition à venir

Au-delà des murs : vers une institution du commun

12 juillet – 01 octobre 2022, à la Galerie Blanche  
 
Entrée libre - finissage le 1er octobre 2022  
 
Commissaires : Ophélie Dozat & Charles Rosenfeld.  
Invités : collectif CONCRETE (CNCRT) - Luciano Aletta, Romain Barth, Baptiste Chauvin, Hubert Holewik, Magdalena Jendras, Marson Korbi, Henri Niget, Matteo Novarino.

 

exposition à venir
©collectif CONCRETE

 
Le projet de l’Unité d’Habitation de Le Corbusier peut être interprété comme la séparation définitive entre les institutions de l’Etat et la vie quotidienne de la sphère domestique et du travail. Dans ses deux projets urbains les plus radicaux, le plan Obus d’Alger en 1930 et la Cité Linéaire Industrielle de 1942, l’augmentation des distances physiques entre les logements et le centre historique de la métropole démontre à quel point les institutions (gouvernement, banques, marchés, municipalités) sont considérées comme des dispositifs qui ne servent qu’à l’administration de la ville, à son économie et à sa logistique – et non à la gestion du vivre-ensemble. En diffusant ces idées dans les débats et les congrès architecturaux de l’époque (CIAM et ASCORAL), Le Corbusier anticipe une nouvelle période historique qui coïncide avec la crise de l’Etat-providence après les années 1950 et la montée du néolibéralisme en 70, où les institutions de soins, de services – autrement dit de l’hospitalité – sont largement transformées en appareils bureaucratiques pour la gouvernance de la ville.  
 
Face à cette rupture issue de la modernité, et dans la perspective de réinventer une Institution des Communs, nous proposons une relecture d’un des moments les plus cruciaux de l’histoire des institutions autour de la Première Révolution française (1789), en analysant le travail de trois architectes révolutionnaires et néoclassiques – qui, à travers leurs textes et dessins ont inventé de nouvelles formes institutionnelles habitables : Etienne-Louis Boulée, Claude-Nicolas Ledoux et Jean-Jacques Lequeu.  
 
En se référant aux deux textes fondateurs de l'historien de l'architecture Emil Kaufmann, De Ledoux à Le Corbusier : Origine et développement de l'architecture autonome (1933) et Trois architectes révolutionnaires, Boullée, Ledoux et Lequeu (1952), qui ont révélés les travaux et les concepts de ces architectes oubliés, nous construirons une généalogie des Architectures de l'Institution en sélectionnant 12 de leurs bâtiments iconiques.
 
 
Les exemples des institutions conçues par Boullée, Ledoux et Lequeu, avec leurs formes chargées de valeurs symboliques, leur autonomie et prédominance sur l’urbanisme, ou encore leur déploiement territorial et stratégique dans la ville, nous aideront à formuler une réponse possible aux questions suivantes : comment devrait être l'architecture d’une nouvelle institution des espaces communs ? Quelles formes de rituels, de programmes ou de règles doit-elle contenir et proposer ? Quelle relation à la ville et à l'espace urbain ?